3x NON le 7 mars !

02.02.2021 - Léo Tinguely

NON à l’initiative antiburqa !

La JSF se positionne clairement contre l’initiative demandant l’interdiction de se dissimuler le visage, lancée par un comité formé d’organisations de droite et d’extrême-droite. En effet, ce texte prétend combattre un phénomène, le port de la burqa, qui en vérité ne concerne qu’une extrême minorité de personnes en Suisse. Avancer vouloir arrêter la montée d’un islam radical n’est rien d’autre qu’un alibi pour fabriquer un problème musulman inexistant et n’a pour seul objectif que la mise en place d’un climat islamophobe. De plus, le port de la burqa ne peut pas être simplement entendu comme le synonyme de la contrainte et de la domination masculine. Pour nous, l’Etat n’a pas à instrumentaliser le corps des femmes*. Vouloir « éduquer » les femmes* musulmanes est une attitude néocolonialiste, humiliante et paternaliste. Nous nous opposons à cette initiative qui s’avère inutile, sexiste et raciste !

NON à l’E-ID !

La JSF est contre l’utilisation d’une E-ID telle qu’elle est conçue. Malgré les avantages pratiques de ce système, nous critiquons le fait que les données collectées, privées et sensibles, soient gérées par des entreprises privées, banques et assurances maladies en tête. Contrairement au traditionnel passeport, ce nouveau mode d’identification en ligne peut entraîner des abus et ne garantit pas la protection des données.

NON à l’accord de libre-échange entre la Suisse et l’Indonésie !

A l’heure où nous nous devons de répondre à la crise climatique, ce nouvel accord de libre-échange ne bénéficiera qu’aux multinationales, au détriment de l’environnement et des paysan·ne·s locaux d’Indonésie comme de Suisse. A Bornéo, l’équivalent d’un terrain de football est rasé toutes les 3 minutes pour produire de l’huile de palme. Au lieu de cultiver les produits dont elle a quotidiennement besoin, la population locale se retrouve contrainte de produire de l’huile de palme qu’elle n’utilise pas. Cet accord renforcera cette monoculture. En Suisse et à l’image de l’huile de colza, les alternatives existent. En imposant une huile de palme toujours meilleure marché, cet accord nuira à notre agriculture locale, plus saine et plus durable.